Les Templiers

Article précédent : 3) Monnaies romaines

Pour rappel, ce récit est l’extrait de la conférence de l’Histoire du quartier « JERUSALEM / PASTEUR » d’Henri Claverie. Professeur agrégé de lettres. D’après son livret daté du 11 octobre 1991, 7ème conférence Salle du Ponchelet.

La maison du Temple est citée en 1554 au lieu-dit JERUSALEM.

NDLR : sur ce site on parle de 1222 : http://templiers.net/departements/index_1.php?page=62#527

En ce lieu, se trouvait primitivement une commanderie du Temple. Les biens immobiliers furent donnés en 1308 à l’ordre de Saint Jean de Jérusalem. La carte ci-dessous montre la position du lieu-dit JERUSALEM.

Monsieur BOUTRY, dans sa monographie sur Bourcheuil a montré par une croix la position des fermettes des Templiers, à l’est dans les champs à la limite de Dourges. Ce qui corrobore l’avis de Monsieur Debrabandere, propriétaire du site archéologique de Bourcheuil, vestiges de l’ancienne église et de la ferme. Les habitants appelent encore ce lieu entre Dourges et Hénin : LES TEMPLIERS.

Philippe IV Le Bel (1285-1314) voulut imposer sa suzeraineté en Flandre. Battu à Courtrai en 1302, il prit sa revanche à Mons-en-Pevèle en 1304. Près de ce village naissait le Boulenrieu.

Philippe IV Le Bel fit un procès aux Templiers et l’ordre fut détruit en 1312.

Les Templiers étaient des héros des Croisades, à la fois moines et soldats, agriculteurs et architectes, banquiers et diplomates.

Fils de Saint Bernard, ils jouèrent un rôle important en Europe au XIIIème siècle, mais ils furent écrasés comme hérétiques et criminels.

Coupables ou non coupables ? C’est l’éternel dilemme des tragédies antiques : l’ombre plane toujours sur eux.

Ils avaient tous les privilèges de la souveraineté. Ils étaient exempts d’impôts mais pouvaient en recevoir. Ils jouissaient de l’immunité judiciaire, échappaient à l’autorité des évêques mais avaient leur propre clergé.

La subordination au pape était restreinte.

Pour entrer dans l’Ordre du Temple, il fallait une longue période d’attente : un nouveau chevalier jure d’être serf et esclave du temple.

Au cours des cent premières années, les Templiers accumulèrent une puissance qu’aucun ordre religieux n’atteignit jamais.

Leur principal rival fut l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem ou Hospitalier qui subsiste encore de nos jours sous le nom de L’Ordre de Malte, créé un eu avant 1100 pour soigner les pèlerins malades.

On vit souvent côte à côte au combat les manteaux blancs à crois rouges des templiers et les manteaux noirs à croix blanches des Hospitaliers, mais on les vit aussi se battre à qui prendrait le premier une ville.

Au début des Croisades, les Templiers voulaient établir des rapports entre les civilisations juives, chrétiennes et islamiques.

La perte de Jérusalem inaugurera leur déclin.

Ils accumulèrent de fabuleuses richesses : des nobles leur donnèrent une partie de leurs biens.

Des princes, des rois, en récompense leur trouvèrent des fiefs ou de fortes somme d’argent.

La superficies d’un commanderie était de 1000 hectares. fin du XIIIème siècles, il y avait 2000 commanderies en France et 9000 eu Europe. Ils furent les banquiers des rois et des papes.

Selon la légende, furent-ils des alchimistes ?

Philippe Le Bel, le Roi de fer, fut maudit des Templiers.

en 1285, âgé de 17 ans, il voulut renforcer l’autorité de l’État. Il combattit le Page Boniface VIII, le fit même arrêter et, dans le même esprit, considéra les templiers comme un État dans l’État.

Il voulut faire vite et placer le Page devant le fait accompli.

En un seul jour, le 13 octobre 1307, il abattit l’Ordre des Templiers.

Peu de temps après, Philippe IV Le Bel mourut, en 1314, en chassant le sanglier dans la Forêt de Fontainebleau.

 

Cliquez sur l’image ci-dessous pour lire un article relatif de La Voix du Nord du 24/08/2014

 

Lire la suite : /histoire-de-notre-quartier/ordre-de-saint-jean-de-jerusalem/